jeudi 20 avril 2017

Le jour où on a fêté nos anniversaires

En retard, en retard, je suis en retard. Tel le lapin blanc d’Alice, je suis grave à la bourre pour vous partager nos souvenirs d’anniversaires. Charmante Compagnie et moi sommes nés le même mois, à 15 jours d’intervalle (et quelques années, mais chuuuuut, il n’aime pas qu’on lui rappelle son vieil âge, héhé). Du coup, depuis que nous sommes ensemble, nous avons pour habitude de fêter nos anniversaires ensemble. 

Si nous fêtons respectivement nos anniversaires le jour J … c’est juste entre lui et moi. On s’offre alors notre cadeau (surprise, ou pas) et on se fait soit un resto, soit un bon petit repas à la maison (préparé par l’autre). Cette année, on a opté pour un resto pour mon anniversaire, et une soirée pizza à la maison pour celui de Charmante Compagnie. Sachant qu’en plus, entre nos anniversaires, il y a la Saint Valentin … Autant vous dire que c’est une période chargée en cadeaux et en bouffe ! 




Par contre, avec nos familles et amis, on sort le grand jeu. 

Cette année, nous avons étalé nos anniversaires en 4 sets : 

C’est en famille qu’on a ouvert les festivités avec ma mère et mon beau-père, en vacances chez nous juste avant mon anniversaire. Une petite fondue bourguignonne et un coulant au chocolat et caramel beurre salé plus tard … nous étions ravis ! Quant à notre cadeau, on a opté pour une superbe enceinte Bluetooth qui nous permet enfin d’écouter de la musique partout dans la maison !
Fin février, nous avons réunis cette fois la famille de Jean. Une belle et grande tablée. J’ai sorti le Thermomix, mon Cookeo et celui de ma belle-mère … Et on s’est régalé d’un bon risotto au poulet et aux tomates confites ! Pour le dessert, Charmante Compagnie s’est lancé dans un gâteau 3 chocolats – délicieux – et moi j’ai fait un rapide crumble pommes/framboises, classique mais délicieux ! 



Dès le lendemain, parce que nous sommes des fous et que rien ne nous arrête, nous avons remis ça, mais entre amis, cette fois. J’ai donc demandé à Charmante Compagnie de faire un plat simple et conviviale … Il a réclamé à cor et à cris une croziflette, qu’il s’est fait un plaisir à préparer … Ainsi qu’un gâteau Twix … de mon côté, j’ai juste eu à gérer un petit smoothie aux fraises … d’ailleurs, c’est surtout Thermomix qui a bossé ! 



Une semaine plus tard, histoire de s’accorder quelques jours de repos, on clôturait la série avec un autre groupe d’amis … et cette fois un challenge : 8 enfants à nourrir ! On a donc joué au camping en les faisant manger sur des petites tables Ikea, au sol, sur des coussins … Parfait. Un plat ultra simple : gratin de pâtes aux Knackis, et on ne les a pas entendu de la journée – ou presque (faut dire que jouer à cache-cache à 8 dans une maison …) -. Version adulte, on a fait simple là aussi : raclette ! De quoi satisfaire tout le monde. Et pour le dessert, salade de fruits et mousse au chocolat au lait … Miam, j’en salive rien que d’y repenser ! 



Des journées qui sont donc passées très vite, mais qui nous ont comblé d’être entourés des personnes que l’on aime ! Quant à moi, ça m’a donné encore plus envie de faire une grosse fête l’année prochaine, pour mon changement de dizaine … Rendez-vous très bientôt pour en savoir plus à ce sujet …

lundi 17 avril 2017

Le jour où Lecture [#17projet52]




LECTURE - Ma liseuse 

Et si je profitais de cet article du #17projet52 pour vous parler de ma liseuse.
Cette année, j’ai décidé de sauter le pas et j’ai donc mis sur ma liste d’anniversaire une Liseuse. Je ne m’y connaissais absolument pas et j’ai donc fait une confiance aveugle à mon mari. Il a opté pour la Kindle PaperWhite. Je ne pourrais pas la comparer à d’autres, tout ce que je peux te dire, c’est que pour moi, elle est parfaite : simple d’utilisation, pratique, légère, format parfait … une autonomie importante et un réglage de la luminosité au top. Je suis donc conquise par cet engin. 

Et dire que je n’arrêtais pas de répéter que JAMAIS je ne succomberai à la liseuse, que j’aimais trop le livre format papier pour y renoncer …  Et bien, ne dit-on pas qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ? 


Ce qui m’a poussée à changer d’avis : 

-          Le côté léger et pratique : pouvoir apporter en voyage plusieurs livres avec moi sans que ça ne pèse une tonne et prenne toute la valise.
-          L’aspect financier : je lis énormément et à force, ça pèse sur le budget. J’ai beau user de certains stratagèmes : échanges de livres, achat des livres avec des chèques cultures … au final, ça revient cher. Surtout que je n’ai pas toujours la patiente d’attendre la sortie poche, et que côté médiathèque, pour plusieurs raison, je n’aime pas trop …

Bien entendu, ces deux points qui m’ont fait changer d’avis ont confirmé mon bon choix, une fois la liseuse reçue. Je me suis empressée de télécharger une trentaine de bouquins – gratuitement. Je sais qu’en juin, quand je partirai à Minorque, j’aurai avec moi un tas de bons bouquins mais que ça ne pèsera rien 

Ce qui me plait après-utilisation : 

-          Le fait de pouvoir m’arrêter de lire quand je veux, et de retrouver la page là où je l’avais laissée sans risquer de la perdre. Pas besoin de marque-page.
-          Le fait de pouvoir lire dans le noir, pendant que mon mari dort, ou au petit matin, sans faire le moindre bruit.
-          Le fait de lire beaucoup plus, car je l’emporte partout et je lis donc partout : dans les salles d’attente, à ma pause, dans le jardin, dans la voiture, pendant que je cuisine … dès que j’ai 5 minutes quoi !
-          Le fait de lire aussi, à côté, un livre papier. Ainsi, je lis 2 romans en même temps. Si c’était quelque chose que je redoutais jusque-là, au final, j’adore le concept ! Conclusion,  je lis deux fois plus, au moins ! 

Je suis réellement conquise et je ne pourrais plus m’en passer. J’aime les petits plus que ça apporte, comme par exemple le % du livre lu, ou le temps de lecture restant pour finir un chapitre – ou le livre – calculé en fonction de ma vitesse moyenne de lecture ! 

Depuis que Kindle est entrée dans ma vie de lectrice, lire est devenu un double-bonheur !



mardi 11 avril 2017

Le jour où j'habite à la campagne

Enfant, j'ai toujours vécu dans des villes de tailles moyennes, résidentielles, à proximité de grandes (voire très grandes) villes. J'ai toujours apprécié cela car je profitais du calme de ma petite ville mais des choses attractives des grandes villes. J'habitais proche de tout : de mon école/collège/lycée, des centres commerciaux, des salles de spectacles, des musées, des jardins, parcs d'attractions ... 
Quand j'ai quitté la maison familiale pour mes études, forcément, je suis allée m'installer dans une ville universitaire. J'ai donc découvert la vie en plein centre d'une grande ville. Ce serait mentir que dire que je n'ai pas apprécié. Etre proche de ma fac, des petits commerces de proximité, des transports en commun, des lieux "branchés" pour les étudiants ... Bref, c'était un côté bien sympa et pratique. J'ai ainsi vécu presque 6 ans en ville, dont 5 ans à Lyon, donc dans une très grande ville. Mais je savais que je n'étais pas une fille de la ville.



Quand j'ai rencontré Charmante Compagnie, il habitait une ville à 35 minutes de Lyon ... Une de ces nouvelles villes créées dans les années 80. J'ai été emballée à l'idée de déménager là-bas. Nous avons vécu 1 an 1/2 dans cette ville, ensemble. Proche de Lyon et d'autres villes moyennes, nous avions tout à proximité ... mais surtout, nous avions une autre qualité de vie ! Un superbe appartement T3 avec piscine et jardin ... pour le même prix que mon studio d'étudiante. Une atmosphère moins polluée. Dix fois moins de trafic ... J'étais conquise. 
Et puis, on a eu envie d'une maison, grande et avec du terrain. Le hasard nous a fait nous diriger un peu plus dans la campagne. A une heure de Lyon, 50 minutes de Chambéry et 1h15 de Grenoble ... Pour ma part, c'est l'emplacement idéal, en plus d'être proche de la montagne et de la mer ... Nous avons donc découvert la vie à la campagne. Certains de nos amis trouvent qu'on habite en pleine pampa ... Ce n'est absolument pas le sentiment que j'ai. J'habite, certes, un petit hameau paisible de moins de 200 habitants, entourée de vaches, moutons, chevaux, poules, oies et ânes ... Mais je suis aussi à 5 minutes de 2 villes moyennes avec commerces, et à 20 minutes de deux autres villes avec centres commerciaux, cinémas, salles de spectacle etc. Je n'y vois que des avantages. 
Nous sommes entourés de site archéologiques, médiévaux. La Via Rhôna passe par chez nous et promet de belles ballades en vélo. Nous sommes entourés de 2 grands centres aquatiques prisés. 
La seule chose qui me faisait peur ... c'était pour l'école de nos futurs enfants. J'avais peur qu'ils passent leur temps dans les cars scolaires, comme c'était le cas de certains de mes copains de collège, qui habitaient à 30 minutes ou plus du premier collège ... Mais là encore, nous sommes bien servis : une école maternelle et primaire dans notre village - avec en plus une super équipe et un très bon programme pédagogique - un collège à 5 minutes et 3 lycées à moins de 20 minutes ... Je trouve que pour la "campagne profonde", nous sommes bien lotis ! 
Alors, je savoure ma vie à la campagne et pour rien au monde je ne redeviendrai citadine. J'aime me promener au milieu des champs et découvrir au fil des saisons quand on sème le blé, quand on récolte le maïs, comment on cultive les asperges ... Et j'ai hâte que nos enfants découvrent tout cela. 
Je ne pourrais plus vivre au quotidien dans la pollution, le bruit de la ville, les embouteillages et le béton ... 



C'est un choix de vie, je respecte à 100% ceux qui font celui de vivre en ville ... mais pour ma part, la ville c'est vite-fait le temps de bosser, et de temps en temps pour une virée shopping - express car je ne supporte plus ni la foule, ni les transports en commun ! - . 

Et toi, es-tu plutôt rat des villes ou souris des champs ? 


samedi 8 avril 2017

Le jour où je résume #MARS

Avril a déjà pointé le bout de son nez, sans poisson d’avril pour ma part … Par contre, l’année prochaine, le 1er avril risque d’être mémorable … je vous en dirai bientôt plus ! 

Comme pour janvier et février, voici mon bilan de mars. 

Série coup de cœur This is Us / Ishka malade / La La Land méga coup de cœur / Anniversaires entre amis, part III / Logan / Puzzle / Semaine très calme / Voiture réparée et brillante / Grand Soleil / Début du traitement TEC / Soirée bizarre / Repas de famille / Promenade sous le soleil / Echo TEC / Rock the Ballet exceptionnel / Soirée entre amies / Dodo tôt / RDV maire pour projet micro-crèche / Enfin les vacances / Week end au ski / Parties de belote / Fajitas miam / Ménage de printemps / Echo N°2 TEC / La Belle et la Bête, sublime / Belle-maman m’aide à jardiner / Nouveau weekend au ski / Resto délicieux offert par la famille / Ski-ski-ski / Neige / Soleil / Gaufres / Fin des vacances / TEC et resto chinois / Repris / Bain de soleil / Conjonctivite de merde. 

samedi 1 avril 2017

Le jour où elle me manque

Je n'ai pas gardé réellement d'amie "d'enfance". Nos chemins se sont éloignés. J'ai de temps à autre des nouvelles de certaines, par le biais de ma mère principalement, qui est restée en relation avec leurs parents ... mais en ce qui me concerne, j'ai très peu de lien avec mes amies d'enfance, celles qui ont participé à la construction de qui je suis. Parfois, elles me manquent, et en même temps, je me dis que si nos chemins se sont éloignés, c'est aussi parce qu'on ne se correspond plus comme à l'époque. 
En devenant adulte, j'ai donc eu de nouvelles amies, qui me correspondent plus. 
Mais il y a ma meilleure amie, mon amie de longue date ( depuis nos 16 ans il me semble ...) qui est restée. On a grandi ensemble, on est devenue des femmes ensemble : études, amours, travail, achats immobiliers ... 



L'année qui a passé, j'ai beaucoup souffert du fait qu'on se voit beaucoup moins. C'est un fait. Ce n'est la faute de personne, du moins je crois. C'est juste qu'on est prise dans le tourbillon de nos vies respectives ... On doit composer avec nos jobs, nos emplois du temps personnels, ceux de nos hommes, nos projets etc ... mais je dois avouer que ça me manque terriblement. 
J'aimerais que cette nouvelle année nous permette de défier tout ça et nous permette de nous retrouver, de retrouver une vraie complicité. Pouvoir s'appeler - certes pas tous les soirs - mais souvent, pour prendre des nouvelles. S'envoyer des SMS spontanément. Se voir sans prendre RDV 4 mois à l'avance. Faire des trucs de filles. De femmes aussi. J'espère aussi qu'on pourra vivre notre première maternité à peu près en même temps, pour partager ces moments si forts. 

C'est un peu ce qui me dérange dans ma vie d'adulte ... de ne plus prendre le temps ou de constater que les autres ne le prennent plus non plus. On s'éloigne sans le vouloir, mais on s'éloigne quand même. 

Parfois, je me raccroche à des souvenirs et au passé, mais ce n'est pas ça qui fait notre présent. Je préfère regarder devant moi la plupart du temps. 



J'espère donc que cette année sera celle de l'amitié, avec elle, mais aussi avec mes autres amies très proches, qu'on puisse se dégager du temps pour passer du temps les unes avec les autres, avec ou sans nos maris, avec ou sans les enfants ... juste du temps ensemble, pour cultiver nos amitiés si précieuses. 


jeudi 23 mars 2017

Le jour où j'ai des angoisses

Parfois, je suis réveillée, la nuit. J'ai l'impression de suffoquer. Le noir m'oppresse. Le silence me fait paniquer. Mon corps se crispe et j'explose. Des pensées envahissent alors mon cerveau. Tout se bouscule ... les situations du boulot ... les contrariétés du moment ... les peurs que je ressens ... tout se mélange, tout se brouille et j'ai parfois réellement l'impression de mourir, bien que je ne sache pas vraiment ce que ça fait, de mourir. J'ai alors envie de crier, de me mettre en boule et que tout s'arrête. 



Quand il est là, mon mari me calme même si je sais que ça l'agace, car il a le sommeil léger et un tel réveil signifie souvent pour lui des difficultés à se rendormir ... J'essaye alors la plupart du temps de faire en sorte qu'il ne s'en aperçoive pas (trop). Ma liseuse m'a alors sauvée plus d'une fois. Ainsi je peux rester au lit, près de lui, et le laisser dormir tout en me changeant les idées. 
Parfois, ça me fait ça alors que je suis bien éveillée ... en pleine journée. Enfin, non, surtout en soirée. Quand il n'est pas là. Même si je sais que la situation n'est en rien semblable, ça me ramène à des époques de ma vie où je me sentais abandonnée ... ça me ramène à des moments désagréables, avec mon ex, quand je restais seule la nuit à l'attendre (ou pas), en écoutant la radio pour apaiser (ou pas) mes angoisses. 
Aujourd'hui, j'essaye d'analyser et comprendre ces angoisses. Je sais qu'on ne peut pas réussir à vaincre toutes ses angoisses, mais j'aimerais réussir à les maîtriser. Faire partir certaines pensées négatives et tragiques. Je ne veux plus me laisser envahir et suffoquer. 
Si je ne peux pas nier que certaines situations de mon travail me font avoir ces crises d'angoisse, j'arrive malgré tout à prendre du recul. J'ai trouvé des astuces pour me libérer de leur poids et je sais que lorsque je ramène une situation "à la maison", il y a une raison ... mais j'arrive assez vite à m'en débarrasser. 



Les angoisses qui ne me quittent pas tournent principalement autour de ma fin d'adolescence et de mon amitié dévastatrice avec Elle*. Dernièrement, les angoisses liées à la maternité et à notre incapacité à devenir parents m'envahissent également. Voilà 7 ans déjà que je vivais un épisode traumatique avec l'annonce de ma grossesse molaire et de la tumeur trophoblastique qui a suivi ... cette peur au ventre ne me quitte pas, même si je sais qu'il y a peu de "chances" que la même chose se reproduise. La peur de ne jamais réussir à mettre au monde un enfant vivant.

mardi 14 mars 2017

Le jour où je ... [change] #10




Cette semaine, je change ... d'avis mille fois sur ce que je vais changer dans ma vie. 
J'ai aussi changé d'avis ... quant au candidat pour qui je voterai aux Présidentielles. 
J'ai changé la litière de mes chats. 
J'ai changé la vieille voiture de prêt pour retrouver ma chère et tendre voiture réparée et brillante comme un sou neuf ! 
J'ai changé ma voix pour faire obéir ma chienne qui ne voulait pas rentrer. 
J'ai changé d'idée sur un travail de groupe au boulot. 
J'ai changé d'avis sur une trilogie de bouquins. 
J'ai changé mon programme de vacances. 
J'ai changé ma vision sur le monde. 

Et toi, qu'as-tu changé cette semaine ?